Portrait collaborateur Aurore (Illustration)

Aurore

Linguiste

Peux-tu nous décrire ton parcours professionnel ?

Mon parcours est très académique : titulaire d’un doctorat en linguistique, j’ai occupé divers postes dans l’enseignement supérieur et dans la recherche. Avant d’arriver chez ERDIL, j’occupais un poste d’ingénieur de recherche au CNRS, au sein du laboratoire ATILF (Analyse et Traitement Informatisé de la Langue Française). Lorsque je suis arrivée en Franche-Comté pour des raisons familiales, j’ai tout de suite contacté ERDIL car l’activité correspondait exactement à ce que je recherchais !

Quel est ton poste actuel ?

Je suis, moi aussi, chef de projet linguistique !

En quoi consiste ton travail au quotidien ? Et quelle est la partie que tu préfères ?

Le point de départ d’un projet réside dans la définition d’une classification (plan de code) avec le client. À partir de là, on développe la grammaire de règles linguistiques qui permettra de repérer les concepts et leur associer une tonalité positive, négative ou neutre. Lorsque le projet tourne bien, cette tâche laisse place à une maintenance des grammaires.
Nous avons également un rôle d’accompagnement du client dans l’utilisation des interfaces d’ERDIL et nous traitons ses remontées quant aux analyses réalisées.

En ce qui me concerne, j’ai notamment en charge les projets en néerlandais et flamand. Les projets incluant ces langues sont récents, j’ai donc à développer une grande partie de la grammaire sur-mesure, quel que soit le secteur. En revanche, pour les nouveaux projets en français, nous pouvons réutiliser une partie des grammaires existantes, même si une part importante du travail reste l’adaptation sur-mesure à chaque client. Cette adaptation des grammaires se fait notamment selon l’origine des verbatim (enquêtes, tchats, réclamations…).

J’apprécie particulièrement le moment de la découverte d’un nouveau corpus à partir duquel va être élaborée la classification. On a parfois des surprises !

Et si tu devais choisir une langue ou un langage, tu opterais pour ?

Pour l’allemand, depuis l’enfance. Par mes origines, j’ai été bercée aux sonorités du Platt mosellan. J’ai très tôt développé une passion pour les langues en général, langues germaniques en particulier, l’allemand bien sûr, mais aussi le néerlandais (et le flamand) que j’ai appris pour les besoins d’ERDIL.

Dans mon cursus, j’ai abordé des langues romanes (espagnol en apprentissage normal, italien, portugais et roumain en intercompréhension écrite), le latin, des langues germaniques (allemand, anglais, néerlandais), l’hébreu moderne, le grec moderne, le turc, le hongrois, le ngbaka minagende et le slovaque. L’objectif principal n’étant jamais de pouvoir communiquer dans ces langues mais d’observer leur fonctionnement.

En parlant de langue et de mots, quelle est ta Brève de Verbatim favorite ?

Parmi les différents types de brèves, je raffole des énoncés qui donnent un résultat absurde comme Mon voisin le compteur :

« Mon compteur d’eau était facilement accessible, mais plus maintenant, il fait refaire sa clôture. »

Question bonus : des croissants et autres gourmandises étant souvent à portée de bouche chez ERDIL, as-tu une viennoiserie fétiche ?

Si on me prend par les sentiments… j’aime toutes les viennoiseries, mais celles au vrai beurre, hein !